Dimanche matin, nous avons quitté Gorges du Verdon, et avons mis le cap sur la Provence. Au programme des deux premières journées ? Roches rouges, pierres romaines et géant de Provence !

Dimanche 12 Septembre : Un air d’Amérique en Provence !

Nous avions environ deux heures de route depuis les Gorges du Verdon pour passer en Provence et rejoindre la première visite de la journée : le désormais assez fameux « Colorado Provençal » situé près du village de Rustrel dans le Vaucluse.

Le site tire son surnom de la similarité entre les couleurs qu’on retrouve parfois dans l’ouest américain, et celles présentes dans cet ancien site minier (extraction d’ocres dans les sables de couleur rougeâtres présents dans la région). On y trouve aussi comme dans de nombreux sites américains des cheminées de fée (hoodoos), etc…

Si les couleurs ressemblent vraiment, la comparaison s’arrête là. Le site est assez petit, et la balade prend 1 à 2h en fonction du temps que vous prendrez à vous balader et admirer les formations rocheuses. Nous y avons passé 1h45 en prenant vraiment le temps. C’est très chouette, mais en revanche, même en septembre, il y avait du monde (un dimanche cela dit)… et c’est parfois pénible de constater que le respect qu’on admire dans les parcs américains (les gens restent dans les sentiers, ne gravent rien sur les rochers… etc…) n’est absolument pas d’actualité ici…

Bref passons aux images ! Nous avons pris le sentier en sens inverse, ce qui permet de voir d’abord le site par le haut, dans sa globalité.

Premier point de vue : le Désert Blanc
Les Cheminées de Fées… avec des couleurs étonnantes en pleine Provence !
Le « Sahara »

Dans un deuxième temps, nous descendons dans le « Sahara » (photo du dessus), qui est le cœur du Colorado Provençal, là où l’on trouve la grande majorité des formations rocheuses.

Après un petit repas frugal sur place, nous reprenons la route pour seulement un petit quart d’heure, en direction du village de Roussillon. Nous sommes toujours dans la même région géologique, et les roches conservent une couleur ocre détonante par rapport au reste de la Provence à composante calcaire majoritaire.

Le village est un des plus beaux villages de France (en tout cas il est vendu comme tel). C’est un village perché, mais il sort du lot en raison de la teinte ocre de toutes les maisons, ce qui est logique, puisqu’il abrite aussi un autre sentier « des ocres » où l’on retrouve le même type de paysages que dans le Colorado Provençal. L’ensemble forme effectivement un must à visiter dans la région !

Le village de Roussillon
On remarque au loin (comme ils disent) le Géant de Provence : le Mont Ventoux

Nous visitons d’abord le sentier des Ocres, en bordure du village. La visite est très rapide, comptez seulement 30 à 45 minutes pour faire le tour (c’est nettement plus petit que le Colorado Provençal).

Puis, nous allons faire un tour dans le village, pour y admirer la belle teinte des maisons, mais aussi faire quelques emplettes et boire un coup, car il fait (trop) chaud !

Les teintes sont vraiment ocres !

Nous quittons le pays des Ocres et continuons notre périple à travers le Vaucluse, direction Gordes, un autre village perché… Mais je crois qu’on commence à en avoir marre de ce type de village, car celui là nous l’avons passé vite fait… On lui a rien trouvé de spécial (si ce n’est de loin), et la chaleur commence à nous donner envie furieusement de rejoindre le Air BnB du soir, où se trouve une piscine !

Ce sera après un dernier passage par l’Abbaye de Sénanque, assez connue des photographes (voir ). Ce n’est pas la saison, la lavande a déjà été récoltée, nous ne nous attardons pas…et filons vers la piscine !

Le village perché de Gordes !
La Provence vue depuis Gordes
L’Abbaye de Sénanque et ses champs de lavande !

Lundi 13 Septembre : Vaison la Romaine et le Mont Ventoux

Nouvelle journée en Provence, et nous penons la direction de Vaison la Romaine, au nord du département du Vaucluse. Cette ville a une longue histoire, très intéressante !

Ce fut d’abord une ville romaine assez importante, dès le 1er siècle de notre ère, et les ruines encore présentes en plein milieu de la ville sont les plus importantes de France. Je l’avais visité étant enfant (merci à ma tante Catherine 😉 ), et j’en gardais un très bon souvenir ! Nous n’avons pas été déçus par la visite, entre les ruines et le musée associé, très bien fait, on apprend énormément de choses, à la fois sur la géopolitique de l’époque mais aussi sur la « petite histoire », la façon dont vivait les gens… A bien des égards, ils avaient déjà une vie très « moderne », enfin les riches au moins !

Choc des âges !

Vaison la Romaine a aussi une riche histoire médiévale, et la ville haute, parfaitement conservée en témoigne aisément. Il fait bon flâner dans les ruelles, on y trouve le calme et la fraîcheur !

Enfin, Vaison la Romaine, ce nom doit parler à mes collègues spécialistes de la météo et de l’environnement. C’est aussi l’endroit où s’est déroulé en 1992 l’une des plus graves catastrophes en terme d’inondation éclaire. Suite à un orage hors du commun sur les hauteurs alentours de la ville (loc. plus de 300 mm), l’Ouvéze a connu une crue centennale provoquant une catastrophe sans nom (43 personnes sont décédées ce jour là). Plus d’infos ici avec l’ami Cyrille Duchesne !!

Élodie aurait été sous l’eau le 22 septembre 1992)…. et en plus elle n’avait que 3 ans !
Seul le pont romain, deux fois millénaire, a résisté à cette crue centennale dans le bas du village.

Nous quittons Vaison la Romaine en début d’après-midi, direction le plus haut sommet du Vaucluse, surnommé le géant de Provence, le bien nommé Mont Ventoux (le vent y souffle relativement fort plus d’un jour sur deux dans l’année). Sa particularité est d’être totalement dénudé dans sa partie sommitale. C’est aussi un des hauts lieux du cyclisme. On y monte évidemment en voiture, parce que 15-16 km en voiture et 1500 mètres de dénivelé ne semblaient pas trop plaire à Elo !

Malheureusement, la vue en haut est gâchée par une brume sèche très importante (je soupçonne une importante pollution à l’Ozone).

Sur la route du sommet !
C’est le désert… à plus de mètres d’altitude !

Petite anecdote qui aurait pu mal tourner, lors de la montée, je me suis arrêté sur le bord de la route pour fixer la GoPro sur le capot de la voiture. Alors que j’allais grimper dans la voiture, un jeune cycliste à pleine vitesse (en descente) s’est ramassé une énorme gamelle juste devant nos yeux… Sur le moment, on a vraiment eu peur et pensé au pire… Heureusement, il a eu énormément de chance, et il n’a eu que des grosses égratignures et la main complétement rappée, mais vu sa réaction, il a dû être sacrément choqué ! Il nous a foutu une sacrée trouille en tout cas ! Le chemin du Mont Ventoux n’est pas sans risque.

Bref, c’est sur cette anecdote que je vous donne RDV pour le prochain épisode, probablement le dernier pour vous raconter nos deux dernières journées en Provence (et notamment en Camargue) !

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *