On vous avais laissé il y a 3 jours au bord de la Méditerranée, nous sommes maintenant dans les Gorges du Verdon, où nous venons de faire l’une des randonnées les plus dures de la région (et des vacances), mais magnifique !

Jeudi 10 Septembre : Dernière journée en méditerranée, la Verrerie de Biot

Encore une journée où la météo n’a pas été extraordinaire malheureusement, alors que c’était notre dernière dans la région. Nous avons profité de la matinée pour nous reposer, faire le marché de la Napoule (enfin les autres, pas moi), et aller se baigner une dernière fois, sous quelques gouttes (mais franchement, ça ne gêne pas) !

L’après-midi, nous sommes allés faire une petite visite que nous conseillons : une verrerie, l’endroit où l’on fabrique tout type d’objets en verre, comme son nom l’indique, à Biot, au dessus de Nice. Une visite intéressante et gratuite, ces mecs là ont de l’or dans les mains, tout simplement.

Un métier d’orfèvre !

Le soir, pour terminer en beauté notre petite semaine azuréenne, nous allons faire un tour au petit Casino de Mandelieu la Napoule, juste à coté de notre logement. Bon, pas de folies, mais nous revenons tous plumés évidemment… sauf Eric, qui a réussi à tripler sa mise à la roulette !!!

Vendredi 11 Septembre : Première découverte du Verdon… sous l’orage !

Nous sommes partis relativement tard de Mandelieu la Napoule, la faute toujours à ce mauvais temps présent dans le sud-est depuis quelques jours. C’est heureusement le dernier jour, à priori.

Direction les Gorges du Verdon, avec au programme aujourd’hui, une arrivée par l’est et un contournement en voiture du canyon par le nord, afin de passer par la « route des crêtes », d’où l’on a de superbes vues sur les Verdon au fond des gorges.

Nous arrivons d’abord dans la petite ville de Castellane, que nous visitons avant de faire un petit restaurant pour le repas du midi !

Nous partons ensuite pour les gorges à proprement parlé, vers la Palud sur Verdon, où nous allons donc prendre la route des crêtes. Le temps est très hésitant, et ça sent l’orage quand même à un moment où un autre.

Ça ne râte pas, nous avons eu le temps de faire quelques points de vue, avant que l’orage ne frappe ! Nous avons quand même eu le temps d’en profiter !

Direction les gorges !
Premier point de vue sur le Canyon
Au fond, le Verdon, avec une couleur cependant terne avec ce temps…
Le verdon, à un endroit où les gorges s’écartent
Euh… sans nous pour cette activité !
La faune locale

Au delà des chèvres, comme vous pouvez le voir au dessus, c’est un autre animal du coin qui attire nos yeux : les vautours volent en nombre au dessus de nos têtes !!

L’orage interrompt notre visite des crêtes, et nous décidons de sortir des gorges et aller vers la Lac de Sainte Croix, où nous dormons le soir (et encore ce soir). Et, avec chance, le temps de s’y rendre, l’orage passe et les éclaircies reviennent en soirée.

Malgré le temps orageux, la couleur de l’eau est superbe.
Le lac de Ste Croix

On en profite pour s’arrêter sur le pont du Galetas, qui passe au dessus du Verdon là où il rejoint le lac (comme on le voit sur les photos au dessus). Je sors le drone et je me fais plaisir !

La sortie des Gorges du Verdon
Avec les éclaircies, la couleur de l’eau devient magnifique.

Version Drone :

D’un coté
Et de l’autre
Du dessus !
Du dessus bis !

Samedi 12 Septembre : Les Gorges du Verdon en randonnée, le sentier Blanc Martel

Ce samedi, le soleil est de retour, tout comme la chaleur ! Ça tombe bien, car c’est une grosse journée qui est prévue, nous allons faire l’une des randonnées les plus célèbres et difficile des gorges du Verdon : le sentier Blanc Martel.

Au programme, environ 16-17 km de marche à l’intérieur des gorges, avec un dénivelé positif de plus de 1200 mètres… bref, encore un gros morceau !

Pour ceux que ça intéresserait, sachez qu’il ne s’agit pas d’une boucle. Vous devez donc soit :

  • Avoir deux véhicules et en disposer un à l’arrivée avant de retourner avec le second au départ.
  • Il existe surtout un système de navette… que nous avons testé… Mais il est très mal foutu. La Navette est à prendre à La Palud sur Verdon, et les horaires changent selon les périodes de l’année. Celle-ci vous emmène au départ du sentier. A l’arrivée de la rando (si vous n’arrivez pas trop tard…), une navette vous ramènera à La Palud sur Verdon (16h20 pour la dernière navette dans notre cas).

La difficulté avec ce système de navette, c’est qu’il est difficile d’avoir la première navette si vous ne dormez pas sur place. Vous prenez donc la deuxième, qui dans notre cas nous a lâché sur le départ de la randonnée à 10h…. pour nous reprendre dernier carat à 16h20…

Hors, le sentier se fait, selon le site officiel en 6h… bref vous n’avez pas le temps de prendre le temps sur la rando, et c’est quand même bien pénible dans une balade magnifique, mais aussi assez difficile. Notons que nous sommes en fin de saison, et que l’expérience n’est peut être pas la même en été…

Bref, passons aux choses intéressantes ! Dès le départ, ça descend de façon soutenue, il faut dire qu’on descend directement 400-500 mètres de dénivelé pour rejoindre le bas des gorges et le Verdon.

Début de la randonnée
Direction le Verdon !
Près du Verdon
Les gorges se resserrent
On ne nous avait pas menti sur la couleur, et encore, nous n’avons pas le soleil qui tape à cet endroit

Une fois en bas, et avant de manger nos sandwichs, nous alternons passages en descente vers la rivière et remontées le long des flancs de falaise. C’est assez difficile, surtout parce que nous avons un rythme soutenu (cf la peur de louper la navette !) et qu’il commence à faire sacrément chaud (31°C au retour à la voiture vers 17h).

Un secteur est particulièrement impressionnant : les escaliers de la brèche Imbert. Là, on dévale 100 mètres de dénivelé à travers un défilé de seulement quelques mètres de large, à l’aide d’échelles posées dans la roche, sur fond de rivière !

Les escaliers de la mort qui tue !
D’en bas

Pour manger, nous nous arrêtons près du Verdon, sur une plage de galets, dans le secteur dit de la Baume aux Bœufs. L’endroit est idyllique, et parfait pour un pique nique.

Les gorges du Verdon, vues du bas !
Il a pris des risques pour cette pose… Il a même gouté l’eau du Verdon !!!
Nos pieds aussi ont testés l’eau du Verdon… elle est glaciale !

Après le repas, nous affrontons un long secteur relativement plat, mais la chaleur est vraiment pesante… On navigue au milieu des arbres, et les vues sur le canyon sont limitées. Mais on arrive finalement au secteur final, qui est probablement aussi le plus beau. Les gorge se resserrent pour former autour de nous des parois gigantesques de plusieurs centaines de mètres de haut, et d’ailleurs, le chemin emprunte parfois d’anciens tunnels (creusés il y a des dizaines d’années pour l’exploitation hydroélectrique) où la températures baisse de 10-15 degrés, et c’est pas plus mal ! Des percées dans la roche permettent de voir les défilés des gorges, à l’endroit où elles sont les plus escarpées.

Les gorges se resserrent plus franchement
Direction le tunnel !
Il ne reste plus trop de place pour passer un kayakiste !
Et encore moins là !

A la sortie des tunnels, la randonnée est quasiment terminée ! Nous avons un peu d’avance sur l’horaire de la navette, nous nous posons 5 minutes près de la rivière. Puis, il reste une dernière montée, bien difficile, il faut le dire, car nous sommes épuisés. Cette randonnée est dure, peut être pas autant que dans les Alpes en début de voyage… Mais la chaleur ici renforce encore la difficulté ! C’est cependant une très belle randonnée que nous conseillons chaudement, à ceux qui aime la randonnée, car c’est tout de même difficile !

Il faut encore remonter tout en haut…

A bientôt… en Provence cette fois !

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *